BAGOUZOU, FESTIVAL ANNUEL de SORCELLERIE

Publié le par golfie.over-blog.com

                                

                                    BAGOUZOU, FESTIVAL ANNUEL de SORCELLERIE

 

Du 30 au 31 Janvier dans la capitale de la mythique Zion des chanteurs de reggae, un attroupement de marabouts, chamans, guérisseurs ( ?) et de jujumen  aura lieu au nom de toute l’Afrique. Des sorciers aux parcours impressionnants dont les hauts faits et les basses œuvres font  passer les techniciens d’Akradio pour un club de  troisième division. Ou les féticheuses de Tanguelan, danseuses  et pythies d’Adjanou y compris,  pour de gentilles majorettes d’un match inter-lycées.

Djinamoris et consultants en zangbèto se préparent fébrilement pour le Dipri annuel de ceux qu’on appelle aussi chefs d’Etat mais qui, comme les mangeurs d’âmes  de nos nuits africaines, se lèchent les babines à l’idée de la viande humaine fraiche qui va être bientôt disponible en Côte d’Ivoire. Yam, yam ! Tous ne sont pas des vampires et nous allons faire une revue des troupes qui vont participer à ce combat hautement spirituel dont l’enjeu est l’avenir de l’Afrique.

J’oubliais de vous dire que le Président de la Golfie malgré le méchant blocus de Gbagbo sera aussi à Addis .Comme d’ailleurs une trentaine d’apprentis- sorciers de Golfie qui vont s’envoler la nuit –au sens africain du terme- pour arriver en Ethiopie. Eh ben oui !  Sinon, ça sert à quoi leurs DESS en spiritisme vaudou  ou en spiritualité maçonnique? Faut dire que le blocus est devenu très très perméable…

Il faut dire aussi, avant de faire cette revue des escadrons bagouzou, que cette rencontre de sorciers noirs attire aussi des sorciers blancs. L’un d’eux, que ses propres compatriotes ont surnommé le Nain des Carpathes, s’est invité à ce convent de bahéfoué.

 A tous ceux qui ont des difficultés avec la géographie, on va dire  que les Carpathes, c’est une chaine de montagnes en Europe centrale allant de la Slovaquie à la Hongrie-terre natale du père de Sarko- et qui se prolonge jusqu’en Roumanie dans une région appelée la Transylvanie. C’est la partie du film, comme disent les Abidjanais, qui me plait. Car Mesdames et Messieurs, la Transylvanie, partie intégrante des Carpathes est surtout connue parce que c’est la région d’origine de Dracula…Le Vampire buveur de sang. Les choses se précisent. L’arrière petit-fils de Dracula, va tel un akpani, s’envoler vers le sommet de l’UA pour parler à des sous-hommes qui ne sont pas encore entrés dans l’Histoire et leur montrera comment enfin, enfin s’introduire  dans l’Histoire. Est ce que les sorciers ont honte ? Et puis, est- ce que la honte tue ? En tout cas, l’OMS n’en parle pas dans son rapport annuel.

Mais revenons à l’Afrique du gbagbadji, des mystères et du mysticisme où le chemin du pouvoir est parsemé de rituels et d’holocaustes. Comme depuis la nuit des temps, nos chefs politiques sont aussi des monarques spirituels dans les loges ou dans les forêts sacrées. Des pissan mogo, dit-on en ivoirien. Alors, vos yeux sur le T, pour le défilé des maitres de  la contraction du temps.

Par souci de séniorité, on va commencer par l’octogénaire Boubou, l’oint des Maitres Mourides de Touba, haut lieu des énergies métaphysiques. Boubou a concocté une potion magique, un nassigui qui commence à prendre en Côte d’Ivoire. Boubou va à Addis pour achever le trawail, le grand trawail.

Ensuite dans ce défilé dantesque arrive Complicator, beau comme un ange mais n’est- ce pas cela son arme fatale ? Affable, courtois et gentleman aux bonnes manières- vous le revoyez encore entrain d’arranger la cravate de Chirac-Complicator est capable de semer la mort et la désolation à des milliers de kilomètres de chez lui. Les bras coupés de Sierra Leone et les atrocités du Libéria portent la discrète signature de l’enchanteur françafricain.

Le défilé continue et qui voyons- nous venir ? L’homme  Faure, digne continuateur de celui que de méchantes langues appelaient Eyademon et dépositaire mystique de tous les gbass et ceintures de sécurité léguées par le père. Les sorciers juniors ne parlent pas beaucoup mais  ils n’ensorcellent pas moins. Tout le monde n’est pas Bongo Fils, le président bis du Gabon qui se fait filmer avec tous les ors et en grande tenue de Grand Maitre de la Franc-maçonnerie .A propos de ce film, vous savez qui était ce frère, lui aussi fils de la Veuve dont le  visage a été brouillé. Vous ne voyez pas ? Hambak était là, à visage découvert. Et l’autre, c’était qui ? Ah, encore un piment à manger par délégation.

On va laisser les sorciers anciens combattants, passés maitres dans l’art de la sorcellerie de midi pour parler des moins visibles. Jonathan la Poisse, Raila le Virus et une foultitude de sorciers-ramasseurs de balles et sous- fifres à qui l’on donne boyaux et orteils humains quand les grands ont fini de manger…

Le powwow annuel des Peaux  Noires va commencer sous peu. Mani-tous et mani-riens ont entonné le chant lugubre de la messe noire. D’autres sorciers venus de la partie australe du continent n’entendent pas les choses de cette oreille. Dites à Alcide Djédjé de partir avec une très longue louche. Ce diner aux chandelles avec les diables ne sera pas une partie de plaisir. Les forgerons du coté de Bramakoté pourraient être mis à contribution, eux qui font une moue effarée lorsqu’on leur parle d’opération Pays Mort.

Zegou Seli

 

N.B-Bagouzou- Mot inventé par le Pr Dédi Séry. Il provient des mots Bahéfouè, Gougnon et Soubagamogo qui, dans les langues baoulé,  bété et malinké désignent une seule et même personne : le sorcier.

 

 

 

 

Publié dans FRANCAFRIQUE

Commenter cet article