Contes et légendes de Golfie - ECOMORGUE

Publié le par golfie.over-blog.com

    CONTES et LEGENDES de GOLFIE   par Zegou  Seli  

 

                                       ECOMORGUE

 

SG alias Bogota  a trouvé le kakamou idéal pour donner la frousse à un pays tout entier. Du moins c’est que s’imagine l’ex-petit gros, amaigri pour cause de jeûn mystique. Se faire peur en faisant peur à 20 millions d’habitants du pays des fiers Ivoiriens. Et avec la morgue de tous ceux qui ont brulé des étapes de la vie, Bogota nous rabâche chaque jour qu’il va nous envoyer l’ECOMORGUE.

Au fait, on dit ECOMOG ou ECOMORGUE ? Ces quasi-homonymes sont finalement interchangeables, vu le funeste parcours de ces casques noirs dont les cohortes indisciplinées et pillardes s’en sont donné à cœur joie dans tous les  pays où ils ont été missionnés.

Alors, ils arrivent  nous dit-on, et leur comité d’accueil installé en Golfie applaudit à tout rompre. J’aperçois Achi, Kandia, KKB et tous les auto-détenus du Golf Hôtel entrain de scander la peur au ventre  et la mort dans l’âme «  On veut ECOMOG ! » On a décidé d’oublier ce que la légion de la région a semé comme désolation au Libéria et en Sierra Leone. Soro le rebelle et Ado qui n’a jamais eu de lien avec la rébellion mentent tellement qu’ils se mentent à eux-mêmes  et se prennent à rêver que la soldatesque ouest- africaine PPTE financée par la communauté binationale se contentera de regarder la lagune, une  fois sa mission accomplie (dites « Safroulaye ! »).

C’est d’Anyama que vient l’exemple. Les autochtones ont fait une mise en garde plus que musclée à tous ceux que tenterait une fraternisation transrégionale au premier coup de fusil…Et les dispositions en pays atchan, abouré et adioukrou vont dans ce sens .C’est pas tout on dit. Dites à nos visiteurs que, pour quelques jours, le pays de l’hospitalité deviendra celui de l’hospitalisation. Ou celui des nombreuses morgues que nous allons créer ensemble dans le cadre de la coopération sous-régionale. ECOMORGUE, aloukpè…

 

Publié dans ECOMOG

Commenter cet article