VOITURA NON GRATA

Publié le par Zegou Seli

                                   VOITURA NON GRATA

 

 

La nouvelle est tombée. Comme un couperet. Les célèbres voitures blanches estampillées UN qui faisaient partie du paysage national ne sont plus les bienvenues. Et l’ordre est même donné par le général de la rue de leur interdire de façon active l’accès à nos quartiers, ruelles et tous les gloglo… Cette fois-ci, dans cet énième décret de celui qui, comme Gbagbo dans la chanson,  est sur terrain, l’on n’a pas mentionné les deux adverbes qui habituellement accompagnent les ordres et les mots d’ordre patriotiques. Plus de voitures des Nations Unies. La formule « poliment, gentiment » a disparu. Si l’heure n’est pas grave, elle s’est aggravée…

 

C’est en 2003 que la Côte d’Ivoire, 1er exportateur mondial de cacao et de naïveté,  a fait appel aux Masques Bleus. Ah, si nous savions ! Depuis Tévodjré jusqu’au Grand Certificateur, l’agenda secret n’a pas changé. Les masques des casques bleus sont tombés et il n’y a plus aucun doute quant aux intentions réelles des soldats de la communauté binationale. Le peuple souverain d’Eburnie l’a compris et son message est plus que simple : Soldats de la paix, laissez-nous en paix. Mais ils ne veulent pas entendre. Soldats de la paix, foutez-nous la paix !

Les véhicules UN, ces 4X4 rutilants d’arrogance et de suffisance avaient fait irruption dans le vécu des Ivoiriens. Ces fonctionnaires internationaux  nécrophages et nécrophiles, qui vivent de crises, avaient eux- mêmes fini par baptiser Abidjan, la mission cinq étoiles. Les restaurants, les night-clubs, la joie de vivre et les femmes en mode « prends-moi cadeau ».

 

Il faut dire que les faiseurs de paix ont mis la guerre dans bien de relations sentimentales. A coup d’argent, bidasses togolais, tchadiens et bangladeshi ou  bangalas déchirent -comme on les appelle pour leurs activités génératrices de bébés- avaient conquis les cœurs mais surtout les corps en surplus d’Abidjanaises qui ne voulaient que de cela. Cela nous a valu de nombreux bébés ivoiro-pakistanais, ivoiro-ukrainiens et bien-sûr des ivoiro- licornus ! Ah la Licorne, avec ses partouzes cynophiles. On aura vu tous les vices du monde tout au long de ces dix années.

 

Ainsi, dans les ouf de soulagement qui montent des demeures abidjanaises, il y a la consolation des amants que les chauffeurs des voitures UN avaient entrainés dans une guerre asymétrique. ONUCI dehors ! Maintenant,  vous vous rendez compte que plusieurs mini- guerres sont entrain de se superposer à la guerre principale. Cette guerre du Bien contre le Mal est aussi dans le fond une guerre des mâles. Or, dans la lutte pour la conquête des femmes, la voiture est un élément central de la stratégie et Blé vient de castrer tous nos concurrents. A fa kaya !

La stratégie « ONUCI- à pieds » vient aussi de prendre un caractère encore plus officiel avec l’interdiction de livrer du carburant à l’ONUCI et à la Licorne. C’est pas un peu tard ? Bon, on va faire comment ? Mieux vaut tard que jamais. Nos concurrents sont maintenant forcés de découvrir les bienfaits du covoiturage. Mais ces gens à qui ont interdit de circuler ont plus d’un tour dans leur sac et il faut bien se rendre compte que les concessionnaires sur la place d’Abidjan se frottent les mains. Plus de voitures UN ? No problem. Près de deux cent autres voitures neuves  banalisées onusiennes circulent à la barbe et au nez de tous. On fait comment ?

 

La nouvelle du décret des voitura non grata a jeté le trouble dans les chambres déjà glacées de Golfie. Il faut dire que toute cette flotte automobile était une pièce maîtresse de la logistique rebello-onusienne. Nourriture, armes, copines, fétiches, dolo, bangui, caviar, garba, champagne, dèguè et tutti quanti. Bref , tout le capharnaüm de produits douteux dont la Golfie fait de l’export- import passait nécessairement par ces automobiles blanches. Ça va devenir difficile de ravitailler la Golfie.

 

On aura vu des choses dans ce pays. Il n’y a pas longtemps dans nos rue, avec sirène et gyrophares, des fils de ce pays devenus ministres avaient besoin de se faire protéger et escorter par des pelotons onusiens venus du Niger ou du Bénin. Aujourd’hui, dans le super bunker offert par la communauté internationale, ce sont eux qui cherchent à s’échapper de l’infaillible protection des Nations Unies. Et ils sont nombreux qui réussissent. ADO, quand il n’était que candidat, avait sa flottille personnelle de voitures UN. Idem pour Zorro Guignol. Idem pour Bédié- la-Carpe.

 

Pendant que nous parlons de voitures, on n’oubliera pas que dans la mi-temps du premier et du deuxième tour de l’élection présidentielle, quand les Baoulés étaient devenu l’or que tous les candidats s’arrachaient, c’est à coups de véhicules 4X4 qu’ADO marquait son grand amour pour les chefs de tribu et de clans qui lui promettaient de venir avec leurs moutons. Vous comprenez maintenant pourquoi on parle de bétail électoral. Ce ne sont pas les bouviers et les boussoumani qui diront le contraire. Ah la voiture ! Elle est toujours au cœur du troc politique où, vous le savez, on pratique l’échange- marchandises. Voitures et voix. Tu ne comprends pas ? Akissi vraiment…Regarde l’orthographe de ce mot : V.O.I.X.T.U.R.E.

 

Mais ouvre les yeux Akissi, la voix-ture est le symbole de puissance, d’autorité, de richesse et de tout ce que tu peux imaginer pour rendre à un garçon sa garçonnité. Ou bien ? Derrière les trahisons politiques de ces dernières années, il y a souvent … une voiture, des voitures et de préférence les bolides 4X4 qui se moquent des nids de poule.  

 

Voilà donc nos visiteurs internationaux sans voiture. Le Syndicat des Tenanciers de Maquis et Restaurants s’est déjà plaint  à l’Etat de Côte d’Ivoire pour le manque à gagner que ce préjudice leur cause. La Fédération des Travailleuses Sexuelles - nom technique du plus vieux métier du monde- sao, tchoin, djantra, djandjou et académiciennes estiment que cette décision contre leurs clients est de nature à nuire à l’ordre public. Les organisations des droits de l’homme se tiennent en embuscade pour bêler…

 

Les jours qui viennent vont nous offrir le spectacle de la réaction d’une bête sauvage blessée. Malgré la couleur blanche de ces véhicules, les voitures des « UNs et des autres »sont utilisées pour des activités peu catholiques. Et pas du tout protestantes. Et comme nous voulons priver ces gens de ce qui fait leur force, ils ont commencé à tirer sur nous. Ce n’est que le commencement.

 

En Golfie, l’on a des sentiments mitigés. Les signes qui se profilent à l’horizon ne sont pas encourageants. Les patriotes ont décidé de prendre le Golf Hotel… de passe dans les jours qui suivent. Comme un bateau qui fait naufrage, tous les ouatta-rats sont déjà partis. Sous le couvert de réunion pour premières dames ou de conférences internationales,  bourgeois et aristocrates de Golfie se sont mis à l’abri. Ils ont choisi de suivre la bataille qu’ils ont attisée depuis Paris, à la télé. Tous ceux là, après les voitura non grata, seront des persona non grata.

 

Zegou Seli

Publié dans ONU

Commenter cet article