VOLEUR DE CACAO

Publié le par Zegou Seli

                            VOLEUR DE CACAO

Les scènes de nos enfances sont encore vivaces. “Volère, volère dé, volère’’. Une ribambelle de gosses s’agglutinait autour du voleur que l’on faisait défiler dans la rue principale du village avec un collier fait des objets qu’il avait tenté de voler. Et le refrain pour humilier le coupable et avertir  ceux qu’une telle idée pouvait tenter résonnait dans les dédales du quartier encore endormi : “Volère dé volère…’’

A la place de la République, il y a une semaine l’on a pris un voleur de cacao la main dans le sac. Pendant que les villageois dormaient, Wed s’est faufilé vers les hangars et a tenté d’emporter une partie de la récolte du vieux Koudou. Toujours pour le voleur…

Il ya quelques années en arrière, Wed- joli- garçon- dents -taillées  aurait tiré  sa beauté du magnifique travail des dentistes sculpteurs de Ouaga. Wed, notre  éphèbe, aurait eu  à cette époque, le visage  balafré par les esthéticiens de Ziniaré .C’était la coutume au pays mossi pour commémorer l’arrivée du  chemin de fer en Haute Volta de lacérer le visage de cicatrices dessinant les rails. Vraiment, comme le disent les Anglais, la beauté est dans les yeux de celui qui regarde.

Aujourd’hui le Beau Wed ou Blaise de son nom catholique- bien sûr qu’il est catholique -brille de mille couleurs parce qu’il est devenu cacaoculteur. Les jeunes rassemblés à la Place de la République l’ont pris la main dans le sac. On l’a menotté et sur le cou, on lui a posé  un collier de cabosses de cacao. Que de cacao volé !

De Vavoua à Bobo, de Man à Koudougou, nouvelle cacaoyère sahélienne du monde. Combien étaient-ils à accompagner le voleur de fèves ce jour-là à la Place de la République ? “Volère dé volère’’.

Pour ce voleur, les amis atchan proposaient, vu la proximité de la lagune Ebrié, de l’emmener au Commissariat- de-au-bord.  Encore appelé le 13ème ; extraordinaire commissariat de police là où la seule paire de menottes est une brique attachée au cou. Juste un petit sac de jute. Tiens, le sac vide de cacao ferait l’affaire. Commissariat-de-au-bord. Vite fait, bien fait ! Eh Gnankan !

D’autres amis venus du pays agni proposaient pour des raisons thérapeutiques, de  faire “gentiment et poliment’’ un lavement à l’acide muriatique au voleur et de lui acheter un ticket de train pour un aller sans retour sur Ouagadougou. Un sorte de “gboko’’ dont l’efficacité est connu et reconnue…

Les discussions sur le sort de Wed le néo- planteur de cacao continuaient quand l’auteur de ces lignes a quitté la place de la République sous la clameur de  la foule : “Voleur de cacao ! Voleur de cacao’’.

Un jour après, les causeries abidjanaises indiquaient qu’un groupe zouglou venait de libérer un nouveau son et de nouveaux pas de danse  justement appelés “la danse du voleur de cacao’’.

 

Zegou Seli

 

Publié dans CACAO

Commenter cet article

flan cesar 20/02/2011 15:45


un menteur est voleur,un voleur est un tueur blaise veut jouer le brigand,mais il est tombé sur des karatéka


Sonia 15/02/2011 22:42


De toutes les façons, c'est un égistre dans lequel ils cartonnent ! Il ya même un nom qui a justement marqué notre enfance: ZERBO !!! Rien de nouveau sous le soileil d'Eburnie.