QUELLE EST LA COULEUR DU SPARADRAP ?

Publié le par Zegou Seli

                          UNE QUESTION FRAR...

 L’art de la parole publique intègre un certain type de questions qu’on appelle les questions rhétoriques. On les pose mais on en connait déjà la réponse. Le dessein de celui qui interroge est de pousser ses auditeurs  à l’action ou de les amener à douter de choses que l’on croyait  indéboulonnables. En demandant  à nos lecteurs la couleur de ce petit pansement plastique quasi-universel, nous ne sommes pas dans le quoi ou dans le pourquoi mais dans le pourquoi du quoi. Alors retour à une question qui a donné  il ya dix jours, naissance à un groupe de réflexion sur Facebook. Et le groupe s’appelle QUELLE EST LA COULEUR DU SPARADRAP ? Il suffit de devenir ami Facebook de Zegou Seli pour en faire partie.

En ouvrant cette tribune dans le Nouveau Courrier, nous souhaitons intéresser nos lecteurs à cette question fondamentale dont le véritable énoncé est aussi le sous-titre du livre qui, nous l’espérons, naitra de cette aventure dans l’univers piégé des questions que l’on ne se pose plus. Ce sous-titre de cet ouvrage que nous voulons comme un projet corroboratif sera : MANUEL PRATIQUE de DECOLONISATION PERSONNELLE. Vaste programme, n’est-ce pas ?

Comme il s’agit d’un débat passionnant, passionné et peut-être passionnel sur Facebook, nous varierons régulièrement l’approche littéraire pour explorer toutes les options stylistiques en allant de l’essai philosophique au micro-trottoir pour engager la participation du plus grand nombre de lecteurs. Nous vous attendons sur Facebook pour ensuite publier quelques-unes de vos contributions dans le Nouveau Courrier. Pour le moment, le groupe est constitué d’une petite centaine de membres. Vous y êtes les bienvenus.

Pour commencer, je partage avec vous quelques réflexions de facebookers sur la question. Ensuite nous ferons une conclusion partielle en attendant  l’orientation que prendront les débats cette semaine sur FB.

Extraits des discussions de FACEBOOK.  .

ZS-Oui, pensons-y un instant...Le jour où tu comprends le pourquoi de la couleur actuelle du SPARADRAP, alors commence ta décolonisation personnelle. L'idée de ce groupe est de fédérer toutes les idées, propositions et initiatives allant dans ce sens. Il en sortira un livre au titre éponyme et dont le sous-titre sera : MANUEL PRATIQUE de DECOLONISATION PERSONNELLE. Bonne guérison.

ZS. ENCORE A PROPOS DU SPARADRAP--Les inventeurs de ce très pratique bandage l'ont fait en pensant d'abord à eux. FUBU. For US- By Us. Pour Nous- Par Nous. Principe essentiel de la décolonisation personnelle-REMETTRE L'HOMME AFRICAIN AU CENTRE DE TOUTES NOS QUETES, REQUETES et CONQUETES

ZS-Histoire d'aller pas à pas---UN SPARADRAP-C'EST QUOI ?

« Un sparadrap est une bande adhésive, présenté en rouleau, à découper et permettant de fixer des compresses, des pansements, des drains ou des cathéters sur la peau. Il peut être : transparent, blanc ou couleur chair, transparent aux rayons X, hypoallergénique, extensible, permettant de le fixer en regard des articulations, perméable à l'air. Le sparadrap fait partie du matériel de premiers secours, utile dans la trousse de secours ou au cabinet médical et infirmier. » Source Wikipedia

Suite à une contribution de Babi Affairage, de Bérénice, de Carine et de Rama, Zegou Seli propose :

POUR ENTRER DANS LE VIF DU SUJET---La question qui fait mal. De quoi devons nous être décolonisés ? Votre silence sera interprété comme une complicité et un refus de décoloniser...

Répondant à une splendide intervention de  Blé Koffi, ZS dit : Amis de la COULEUR DU SPARADRAP, je vous signale une réponse pratique à la question du jour " QUE DEVONS NOUS DECOLONISER ?-Blé Koffi A. Yao propose "Décolonisons nos assiettes". Le matin au petit déjeuner c'est du pain ou des croissants au beurre etc. alors qu'avec la farine de soja on peut en faire du pain, des croissants, il ya aussi le lait de soja etc. Consommons africain afin de ne pas dépendre sur ce plan-là de l'Occident." Merci là-bas... 

ZS  écrit : PRINCIPE FONDAMENTAL de la DECOLONISATION PERSONNELLE- Axiome de FANON- Tu ne peux pas empêcher que l'oiseau vole au dessus de ta tête mais tu peux empêcher qu'il fasse un nid dans tes cheveux. La décolonisation personnelle n'a pas besoin d'un groupe. Elle commence et finit par…toi. Elle est personnelle. Elle est unipersonnelle. Tu décides et tu te décolonises sans congrès, sans conférence et sans tapage...Chacun refuse à l'oiseau colonial de faire un nid dans ses cheveux.

Encore un rappel de ZS--A TITRE de RAPPEL-Ce groupe réfléchit aux pistes qu'il faut emprunter, aux actes qu'il faut poser pour opérer sa décolonisation personnelle. Comme le nid que l'oiseau colonial a fait dans nos cheveux est immédiatement accessible, il faut engager des actions pratiques pour enlever tous les feuillages et branchages de ces nids que nous prenons pour nos propres cheveux. Il faut peut-être même se raser complètement la tête. C'est là que beaucoup de gens reculent.

Et Fresca, Aiko, Bérénice et trois autres femmes attaquent la délicate question des cheveux « européens » que les Africaines adorent. Pour une fois que la question est abordée par les concernées elles- mêmes. Ce fut un long débat puisqu’il fallait chercher des poux dans les cheveux des autres…Mais cette discussion à thème cosmétique  prit une orientation inattendue quand une lectrice fit une contribution inattendue venue du Rwanda. Lisez vous-mêmes

Un résumé de ZS ...Dans notre groupe de réflexion sur la décolonisation personnelle, quelques dames, sans se crêper le chignon, ont remis en cause la beauté made in Occident. Et cette recherche de la vérité capillaire a conduit une de mes lectrices plus bas, vers d'autres cheveux pour découvrir qu'il existe en Afrique quelque chose qui n'a rien à envier au Kama Sutra...Quand cela vient d'une femme, les hommes doivent se taire...C'est tout. Demandez à Monsieur Google- tapez KUNYAZA.

Ah ! A quoi ressemblait la vie  pendant l’ère pré-facebookienne ? On cause, on débat, on se chahute, on se chamaille, on milite, on combat. Des débats. Des ébats. On trouve de tout sur FB. Voilà, on s’arrête ici pour cette semaine. Si vous n’avez pas accès à Facebook, envoyez- nous un mail. Le débat est ouvert. Permettez-moi de conclure avec un autre extrait d’une réponse à Babi Affairage - grand débatteur sur FACEBOOK

« A ce titre, la discussion sur les manuels scolaires quoique intéressante est du domaine de la décolonisation structurelle. Ce n'est pas notre domaine de définition. On court toujours le risque de s'attaquer aux grands dossiers en faisant l'impasse sur les petits dossiers, les nids d'oiseaux qui foisonnent ...dans nos cheveux ».

Alors la question pour se dire au revoir  « Comment envisagez- vous votre décolonisation personnelle ? » Ou même  plus simplement, quelle est la couleur du sparadrap ? Bonne guérison à tous !

Zegou Seli et d’autres facebookers couverts de sparadrap…

 

 

Commenter cet article