BONS BAISERS DE GOLFIE

Publié le par Zegou Seli

BONS BAISERS DE GOLFIE

 

La Saison 1 de Contes et Légendes de Golfie s’achève avec en fond sonore la chanson d’Hervé Vilard « Capri, c’est fini ». On a envie de dire « Golfie, c’est fini ». Chansons de nos pères, chansons de nos enfances. Réminiscences de la Côte d’Ivoire bucolique qui n’est plus.  En attendant la Côte d’Ivoire  pentatonique promise par ADO –Cinq doigts par main. Cinq jours de travail par semaine. Cinq morts calcinés par jour. Le message en tout cas est passé cinq sur cinq. Et les Cinq gars pour Singapour- le fameux Panel à crabes- n’y ont rien changé. Petit hors- sujet d’affairage : vous savez qu’une partie du budget de l’Union Africaine est financé par l’Union Européenne ? C’est Claire Bailly qui a raison. A connais pas, a demandé.

 

C’est seulement la Saison 1 qui s’achève mais le Golf Hotel… de passe continue de narguer le bon sens et l’intelligence de l’humanité tout entière. L’absurdité et le ridicule ont une adresse depuis trois mois : Golf Hotel… de passe et le Grand-Prêtre de cet autel selon l’expression de Sonia Koko s’appelle ADOnija. Ça va durer jusqu’à quand ? Pas pour longtemps. En vérité, le Golf Hotel… de passe est une coquille vide avec ici et là des otages haut de gamme et un bouclier humain mais l’élite adonésienne s’est mise à l’abri ou n’y dort jamais. Mais c’est un formidable fonds de commerce que nos autodétenus ne sont pas prêts d’abandonner.

 

Quelque soit le scénario choisi pour la dernière scène de ce minable western spaghetti franco-américain, avec Pecos Sarcocu dans le rôle du brave, quelque soit le deus ex machina qui va faire applaudir le public, la fin de la Golfie ne sera pas glorieuse. Et les ouatta-rats qui flairent le danger ont quitté le navire, n’y laissant que les meubles et les monuments humains pour le décorum et pour la com.

La Golfie, c’est fini. Place à l’ADOnésie, ce nouveau territoire qui comprend le Golf Hotel de… passe, des quartiers d’Abobo-Dioulasso et des quartiers précaires et précarisés par les commandos invisibles dont les griots adophiles chantent les louanges. Si ce n’est pas un film d’horreur, ça y ressemble.
Comme les foules de la Rome antique qui hurlaient pour assouvir leur voyeurisme sanguinaire, la presse rouge et verte, couvre d’éloges les actes de carcasses humaines calcinées qui sont devenus notre quotidien, en lieu et place des solutions que nous annonçait la vaste campagne de séduction où le Naja nous a tous hypnotisés avant d’injecter son venin mortel.

 

L’ADOnésie, mieux que la Golfie, c’est aussi cette zone pudiquement appelée zone CNO (bien respecter l’ordre des lettres !) qui s’étale avec l’imprécision des vastes territoires abandonnés par le droit, de Vavoua à Ouaga !

 

Adieu à la Golfie, mais pas d’adieu aux armes. Au contraire, des containers programmés en mode terreur et désolation dévalent l’Afrique centrale depuis le Tchad pour venir armer rebelles, terroristes et talibans-dozos.

Golfie forever ? Oui dans un certain sens. L’ADOnésie est une extension de la Golfie avec comme fondement idéologique, l’absurde et le ridicule et comme éternels parrains américains et français cacaovores, cacaophiles et cacaoaphages. Obama, Obamalade ou Oblabla est redevenu l’esclave VIP que le complexe militaro – industriel américain a fabriqué. Ce complexe est l’équivalent yankee de la Françafrique et bras dessus, bras dessous, Sarcocu et Oblabla envisagent un viol collectif de Dame Eburnie. Ames sensibles et pudibondes, revenez plus tard.

 

Place à l’ADOnésie des commandos invisibles, des Anaky et Bédié invisibles. Des organisations des droits de l’homme invisibles. Il ne fait pas bon vivre en ADOnésie, d’avoir un nom à consonance Bété, Attié ou Dida.  C’est le retour de l’acronyme  B .A .D de triste mémoire  avec son cortège d’épuration ethnique dont ne parleront pas les prostituées médiatiques comme RiFIfi, la radio intergalactique. Le monde à l’envers.

 

 Golfie bye bye … Bienvenue en Adonésie où l’on nous apprend que les FAF-HAINE et les FDS-TRAITRES viennent de faire fusion. Quel est le nom déjà ? O toko di ? So pa to ? Un truc avec F et R et quelque chose Côte d’Ivoire

Si vous avez oublié la nouvelle trouvaille ouattariale,  il faut retenir que les Forces Nouvaises et Forces Soayé sont officiellement dans le même camp.

 

ADOninja vient d’être ADOubé à Addis. On jubile en ADOnésie. Une chape glaciale s’est coulée sur Anonkoua-Kouté et sur la terre des Tchaman. Les flûtes des poètes d’Eburnie distillent une mélopée funéraire que rythme le dodo de Zadi Zaourou ou de l’un de ses disciples. Demain est  lourd d’incertitudes. Gravide et...grave.

 

Chers lecteurs de Golfie, permettez- moi, au moment de conclure cette SAISON 1 des Contes et Légendes de Golfie de donner la parole à meilleure plume que la mienne, à Yves KUYO, auteur de « LES ENFANTS de l’INDEPENDANCE ONT 50 ANS ». On ne commente pas les propos de son mentor.

 

                  LES BETES SAUVAGES ONT  VOTE… 

 

 Lougboutouweli pour 32 soldats ivoiriens tués par qui vous savez. Février 2011

 

 

Un vortex violent de vautours  vocifère

Autour de l’Eburnie découpée, décimée et dépecée.

Ces escogriffes griffent, piaillent et gloussent et fondent

Sur le Septentrion de notre patrie meurtrie, équarrie.

Les bêtes sauvages ont volé…

 

Un tourbillon tsunamique de fauves est passé

Et s’est précipité sur la chair et le sang des électeurs.

Ces carnivores ont tout broyé sur leur passage

Dans les urnes ; désolation et carnage.

Les bêtes sauvages ont dé-voré…

 

Une meute d’hyènes dans les savanes hurle

Alors que flotte une odeur de mort,

Eructations putrides et puanteurs cadavériques,

Baves de tueurs en rut.

Les bêtes sauvages ont violé …

 

 

Les bêtes sauvages se sont emmurées dans une réserve

Sur les rivages de la lagune des Atchan

Et nous menacent d’un exemplaire holocauste,

Si nous refusons de leur donner hic et nunc

L’âme même de notre patrie.

Les bêtes sauvages n’auraient jamais dû voter…

 

YVES KUYO- Extraits de « Paroles Pour un Pays qui Pleure »

 

 

Commenter cet article

Sonia 19/03/2011 20:25


Rideau...