LE VIOLEUR et SA VICTIME

Publié le par Zegou Seli

                                                      

                                     LE VIOLEUR  et SA VICTIME

 

Ce violeur, c’est un serial b…comme d’autres sont de serial killers. Serial et sérieux. La série quasi arithmétique de ses bons plans et coups  foireux donne froid dans le dos : 1993, 1999, 2000, 2001, 2002, 2010 pour ne compter que ces dates qui cautérisent l’histoire de notre pays et qui jalonnent le  casier judiciaire de sa vie d’agresseur sexuel maniaque, récidiviste et tout simplement incorrigible. Pour expliquer tout cela  à l’habitant d’Abobo, on va dire que le violeur a fini avec brimougouli. Ça passe ?

Sa victime, son éternelle victime s’appelle Akissi PDCI, elle-même grande amatrice de tatali illicites. On savait qu’elle avait la cuisse légère, toujours la première à se fourrer dans toutes les compromissions idéologiques, pourvu qu’il y ait à manger dedans.

Akissi PDCI, tu étais parti unique, ensuite parti majoritaire, puis parti partenaire maintenant tu es parti moléculaire, du domaine de l’infiniment petit,  fondu, pendu, suspendu et perdu dans une solution- au sens chimique ou adocratique du terme – dans une solution politique appelée R-HACHE-DP. Pauvre Akissi PDCI !

Aujourd’hui, tu es enfermée au Golf Hôtel avec ton cher et tendre violeur, dans de beaux draps offerts par Dramane. Celui par qui le drame arriva. On va tous essayer de comprendre cette tragi-comédie.

C’est une amie bloggeuse (nouvelles.du.pays.over-blog.net) qui m’a donné l’idée de cet idylle entre le parti sexa…et sexy et son petit pompier violeur qu’on appelle le RDR ou Rodoro ou encore Roro pour les intimes. Une autre affaire de gnanhi ou de gigolo.

Peut-être qu’une femme aurait mieux  raconté ce phénomène qui nous laisse pantois, le mystère de la violée qui tombe amoureuse  de son violeur. En attendant qu’une femme nous montre le code d’accès à ce mystère de l’amour, nous allons tenter tant bien  que mal de le faire comme des chasseurs qui racontent une partie de chasse aux lions. La version des lions, on le sait, est légèrement  différente.

Comment tombe –t- on amoureuse de son violeur ? Les médecins de l’âme, psychologues et psychiatres ont beau farfouiller dans les tréfonds de nos pulsions et de nos perversions, on peine à en sonder les mobiles, motifs et motivations. Un peu comme Ingrid Betancourt  ou sa compagne de captivité qui s’attacherait à ses bourreaux avec en prime un bébé, fruit de l’amour mystérieux entre le violeur et la violée. Allez- y comprendre quelque chose !

Le PDCI aime le RDR. Au lieu de prendre ce nom cheyenne de R-HACHE –DP, on aurait simplifié les choses en appelant cette fusion –absorption le PDCI-RDR. Ça sonne mieux, n’est- ce pas ?

Ce qui est mystérieux, c’est que le violeur n’a jamais fait de déclarations d’amour à Akissi PDCI. Si quand  même. Peut- être une vague allusion à un père commun appelé FHB…Par contre ce qui est clair, c’est que ces dernières années ont été parsemées de coups bas, de taloches et de toutes sortes de vacheries jusqu’à l’avant- dernière humiliations en date, lors des élections, où le violeur, les yeux rougis par des scores staliniens a lancé à Akissi «  Tu ne vaux rien au Nord ».

Akissi a pleuré toutes les larmes de son corps. Rodoro ou Roro de son petit nom a remis le couvert  pour l’affaire Premier Ministre PDCI. Finalement, c’est Sorrow qui a été pris et, en lui caressant les cheveux comme elle aime, Roro a expliqué que Sorrow était devenu PDCI la veille et donc qu’il avait été choisi. Akissi a pleuré et s’est blottie dans les bras de Roro. Elle est devenue bouddhiste pour deux ou trois jours. (Le bouddhisme est la religion des femmes qui boudent…).Quelques jours de conversion au bouddhisme et, le même envoûtement que nous tentons de comprendre a encore convaincu Akissi que sans Roro, elle n’a pas d’avenir. Ce jour-là, c’est Akissi elle-même  qui s’est dévêtue en murmurant à Roro d’un ton qu’il connait bien  « Fais de moi ce que tu veux ». Ah ce que les femmes disent quand le maelstrom du plaisir monte en elles.

C’est bientôt la fête des amoureux. Un certain Atsé tente de joindre Akissi pour l’enlever des griffes de Roro-Mon- Cœur. Mais qu’est ce qu’il veut ce Jean-Claude ? Dites-lui que je suis en mission pour eux. Et qu’Akissi PDCI se porte comme un charme. Honte à ceux qui gâchent les soirées romantiques des autres.

Ce soir, l’Hôtel du Golf a prévu un programme spécial avec diner aux chandelles pour eux deux tous seuls. Au menu caviar, chocolat, champagne .Les trois C. On va dire les quatre C. Ce n’est pas tout qu’il faut dire ! On peut interdire le cacao et s’offrir du chocolat quand même…

 Ah le love story du siècle ! Bons baisers de Golfie !

 

P.S. L’un dans l’autre- ce n’est pas un jeu de mots- ces deux derniers mois au Golf auront vu beaucoup de relations nouvelles se nouer même si, et le Président de la Golfie en est informé, le nombre de femmes est exagérément  inférieur au nombre d’hommes. D’ailleurs, cette situation de pénurie a favorisé le décret sur la prohibition de la polygamie en Golfie. Des gens ne sont pas d’accord mais, on va faire comment ? Nous aussi, nous voulons faire l’amour pas la guerre…

 

Zegou Seli

 

 

 

Publié dans PDCI-RDA

Commenter cet article